LA COMPAGNIE

L'équipe

Gabriele Smiriglia
CRÉATION LUMIÈRES & VIDÉO

Gabriele Smiriglia

Gabriele Smiriglia a un parcours éclectique entre la création lumière, la vidéo et la photographie.

Né au sud de l’Italie, en Sicile, il s’installe au début des années 2000 en Vénétie pour entreprendre des études d’histoire de l’art, de théâtre et cinéma à l’université de Padoue.
Gabriele Smiriglia a un parcours éclectique entre la création lumière, la vidéo et la photographie. Pendant ses années d’étude il fréquente à Bologne l’école de cinéma Ipotesi Cinema dirigée par les réalisateurs Ermanno Olmi et Mario Brenta. Pour la création lumière, il fait ses armes auprès de Michele Sambin au TAM Teatro Musica de Padoue, de Henk Danner, de la compagnie Emio Greco|PC in Amsterdam et d’Emmanuel Ferreira au Théâtre du Vieux Colombier (Comédie Française) à Paris.

Intéressé par la recherche, il fait un mémoire intitulé « La dramaturgie de la lumière dans la danse contemporaine » en parallèle à l’université de la Sorbonne Nouvelle (études Théâtrales) et à l’université de Padoue (sciences du spectacle et production multimédia).

Dans le monde de la danse, il collabore depuis 2012 avec la compagnie Emio Greco|PC en tant que vidéaste, et avec le danseur-neuroscientifique Asaf Bachrach. Il travaille aussi sur des créations lumière et vidéo avec les metteurs en scène Marcus Borja et Hakim Bah.

En septembre 2017 il est assistant réalisateur du film Li chiamavano Ribelli, de Lucia Filippone, à la 74 Mostra Internazionale d’Arte Cinematografica de Venise.

Il est régisseur vidéo au Théâtre du Vieux Colombier, à la MC93, à la Scala Paris et au Nouveau Théâtre de Montreuil, et régisseur lumière du spectacle Nel Paese d’Inverno de Silvia Costa. Il collabore avec Marcus Borja pour Le Chant des Signes (2015) Théâtre (2016-2017), Intranquillité (2016-2017), Bacchantes (2017) et Zones en Travaux (2019). Il a conçu la mis en lumière de la crypte de la Basilique Saint Denis pour l’exposition « De Napoléon à Louis Philippe, François Debret, architecte romantique » (2018-2020).

JOHN M. WARTS
Régisseur et créateur son

John M. Warts

JMW est un compositeur et interprète dévoilant un univers expérimental puissant, mêlant noise, ambiant et electro avec un lien très fort son/image.

JMW est un compositeur et interprète dévoilant un univers expérimental puissant, mêlant noise, ambiant et electro avec un lien très fort son/image. Entre formation mathématique, sonore, cinématographique et théâtrale, son travail d’influences pluridisciplinaires en constante évolution, cherche à évoquer, stimuler l’imagination, par les différentes approches spécifiques de ces disciplines. C’est donc dans le travail de la musique, de la création sonore théâtrale mais aussi de la vidéo que JMW parvient à créer un univers artistique complet.
Diego Bresani
Photographe

Diego Bresani

Diego Bresani est photographe et metteur en scène.

Diego Bresani est photographe et metteur en scène. Diplômé en arts de la scène de l’Université de Brasilia en 2006, il travaille professionnellement avec la photographie depuis 2001. Spécialisé dans le portrait, ses œuvres ont été publiées dans des médias tels que le New York Times, The Guardian, Paris Match, Revista Cult, Revista HQ, Rolling Stones, Old Magazine, entre autres. Il a étudié le portrait en grand format à l’ICP - International Center of Photography de New York. En 2014, sa série Ao Lado a remporté le V Prêmio Diário Contemporâneo de Fotografia. Sa série de portraits Super-heróis des Superquadras a été sélectionnée pour l’événement Situações Brasília 2014. En 2015, il a réalisé sa première exposition personnelle, Tuer / Matar, à Brasília. En 2016, il a réalisé une grande exposition individuelle organisée par Matias Monteiro à la Galeria Athos Bulcão de Brasilia. L’exposition intitulée Respiro: portraits 01 a réuni une collection de plus de 180 portraits réalisés au cours de sa carrière de plus de 10 ans. Il a eu des œuvres sélectionnées lors des deux dernières éditions du prix Transborda d’art contemporain, le plus important des arts visuels à Brasilia où il vit et travaille. Ses recherches actuelles se tournent vers une exploration des frontières entre la photographie documentaire et la mise en scène.
lelievre lucas
Créateur son

Lucas Lelièvre

Lucas Lelièvre est artiste sonore et compositeur électroacoustique.

Diplômé de l’École du Théâtre national de Strasbourg (section régie-création) puis de l’École nationale supérieure d’art de Bourges (arts et créations sonores), Lucas Lelièvre est artiste sonore et compositeur électroacoustique.
Il travaille notamment avec Madame Miniature et Catherine Marnas, Ivo van Hove et Éric Sleichim ou encore Côme de Bellescize et Jacques Gamblin.
Pour Chloé Dabert, il réalise la création sonore de L’Abattage rituel de Gorge Mastromas de Denis Kelly, de J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne de Jean-Luc Lagarce, d’Iphigénie de Racine et de Girls and boys de Dennis Kelly.
En 2016, il met en place avec la metteuse en scène Linda Duskova un workshop pour l’université Paris 8 « Musée sonique », un dispositif sonore immersif au Musée du Louvre.
Lucas Lelièvre travaille avec le Birgit Ensemble depuis 2015 : il crée le son, la vidéo et joue dans Pour un prélude puis signe, en 2017, les créations sonores de Memories of Sarajevo, Dans les ruines d’Athènes et Les oubliés Alger-Paris.
En 2018, il entame une collaboration avec Elise Chatauret avec Saint Felix, enquête sur un hameau français, Lorraine de Sagazan avec L'absence de père, et Léa Girardet et Julie Bertin pour Le syndrome du banc de touche.
Il collabore avec Marcus Borja pour le design sonore de Théâtre, Intranquilité et Bacchantes.
ADMINISTRATRICE & DIRECTRICE DE PRODUCTION

Clémence Martens

Depuis 2016, Clémence Martens participe au développement des artistes accompagnés par Histoire de…

Après avoir obtenu un Master « juriste administrateur des structures artistiques et culturelles » au sein de l’Université Evry Val d’Essonne, Clémence Martens intègre la Compagnie du Nouveau Jour (danse jeune public), dirigée par Sophie Girod, en tant qu’administratrice, chargée de production et de diffusion.
En 2010, elle collabore avec Stéphanie Tesson à la diffusion de ses spectacles. En 2011, elle intègre le Théâtre de l’Etreinte, Cie William Mesguich, en tant qu’administratrice, chargée de production et de diffusion, poste qu’elle occupera durant 5 ans.
Depuis 2016, Clémence Martens participe au développement des artistes accompagnés par Histoire de… tant à l’administration qu’à la production et la diffusion.